Commémoration de la Première Guerre Mondiale en Belgique

La Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918, a bouleversé l’histoire de notre pays et du monde entier. « Plus que toute autre guerre moderne, 14-18 reste dans les mémoires comme étant l’exemple ultime d’un déséquilibre entre coûts et enjeux. C’est la guerre de la ‘génération sacrifiée’, sacrifiée pour une cause qui, rétrospectivement, est devenue difficile à cerner. » (Sophie De Schaepdrijver). Nonobstant le décès des derniers témoins humains, cette guerre demeure gravée dans la mémoire collective de notre pays. La Belgique a joué un rôle majeur dans cette guerre, en particulier par la résistance courageuse de nos soldats à l’invasion allemande. « Poor little Belgium » avait gagné l’admiration du monde entier.

Des cérémonies nationales de commémoration ont été organisées en présence de nombreux chefs d’Etat étrangers à Liège le 4 août 2014 et à Nieuport et Ypres le 28 octobre 2014. Ces cérémonies, rehaussées de prestations artistiques symboliques, ont attiré des centaines de journalistes belges et étrangers qui ont donné un rayonnement international à ces commémorations.

La cérémonie du 11 novembre 2018 à Bruxelles clôturera ces commémorations nationales. 

Trois thèmes

Le gouvernement fédéral souhaite atteindre un triple objectif :

  • la mémoire collective : tous les niveaux de la société qui ont contribué personnellement à l’effort de guerre – militaires, résistants et victimes civiles – seront mis en évidence ; la transmission aux générations suivantes devra être une préoccupation majeure ;
  • les efforts collectifs pour un avenir de paix : au fil des années, la Belgique s’est construit une image de marque internationale comme bâtisseur de ponts neutre, avocat d’un désarmement mondial et promoteur de l’état de droit et de la lutte contre l’impunité ;
  • solidarité et partenariat : le comportement courageux de la Belgique pendant la Première Guerre mondiale a eu un rayonnement mobilisateur et a confirmé l’importance de la coopération internationale et du multilatéralisme ; la Belgique figure parmi les fondateurs d’institutions fortes telles que les Nations Unies, l’OTAN et l’Union européenne.